Daniel Spoerri

Daniel Spoerri

Dans les années 1960, Daniel Spoerri a marqué le nouveau courant artistique du Eat Art (art du manger) et développé ce qu’il appelle des tableaux-pièges, dans lesquels il conserve des reliquats de repas. Pour Spoerri, l’art de la cuisine fait partie des arts plastiques.

Continuer la lecture

En 1968, il ouvre son «Restaurant des Sept Sens» dans la vieille ville de Düsseldorf et, avec Joseph Beuys, Dieter Roth, André Thomkinsy et d’autres, il y organise des performances de Eat Art, qui sont restées légendaires. À partir de 1970, il organise des banquets dans sa EAT-ART Gallery, baptisés «banquets Eat Art» où, tout en essayant lui-même de nouvelles recettes, il parodie la haute cuisine et fait de la philosophie avec ses collègues artistes sur la cuisine en tant que mouvement artistique. Ses tableaux-pièges sont en partie issus de ces manifestations, comme celui de la Mobilière. Il a été créé lors d’un repas avec Paul Gredinger, graphiste publicitaire culte de Suisse, architecte, peintre et mécène. Daniel Spoerri a dit un jour: «Quand tous les arts périclitent, le noble art de la cuisine subsiste.» Il rappelle en cela la maxime latine «Memento mori, carpe diem» (Souviens-toi que tu vas mourir, cueille le jour). Ses tableaux-pièges sont à la fois une image momentanée vivante et un monument commémoratif. 

Daniel Spoerri – pseudonyme de Daniel Isaac Feinstein – a travaillé comme danseur et régisseur avant d’entamer sa carrière d’artiste plasticien. Originaire de Roumanie, ce Suisse compte parmi les principaux artistes internationaux des années 1960/70 dans l’art de l’accumulation d’objets et a été l'un des fondateurs du groupe des Nouveaux réalistes (1960), dont faisaient également partie Jean Tinguely et Yves Klein.

Daniel Spoerri est né en 1930 à Galati (ROU). Il vit et travaille à Vienne (AUT) et à Seggiano (ITA).

Domaines d’activité: objets, relief, performance, collage, Eat Art, film, littérature

X Moins