Thomas Popp

La décision prise par le photographe Thomas Popp dans les années 1990 semble rétrospectivement quasi révolutionnaire: A l’encontre du flot d'images médiatiques qui devait se manifester comme un phénomène d’époque inéluctable au cours de la décennie suivante, il a limité dès le début son cycle de photos de paysages Landschaften/5500 Kelvin à 200 motifs. L’ensemble, qui constitue l’essentiel de son œuvre, est une sorte d’état des lieux d’environnements possibles.

Continuer la lecture

Pour son projet de longue haleine, Popp, qui avait été élève de la légendaire classe de photographie de Bernd et Hilla Becher à Düsseldorf de 1989 à 1992, avait prévu d’autres éditions. Hormis le format paysage (quasi) constant, ce sont les 5500 kelvins de température de couleur de la lumière, considérée comme température idéale, qui sont déterminants. N’importe quel photographe peut la créer artificiellement en studio, mais elle ne règne que rarement dans la nature. Pour toutes ses prises de vue en extérieur, Popp a cherché cet éclairage optimal. Son intention n’est en aucun cas de mettre en scène le côté «sublime» si souvent évoqué du paysage. Il cherche au contraire à reproduire objectivement et démocratiquement des paysages montagneux ou aquatiques, des villes et des scènes de quartiers, à dresser une sorte de catalogue d’échantillons de ce que le paysage peut être. Malgré quelques contrastes de couleur parfois frappants, comme ceux que l’on voit dans les œuvres acquises par la Mobilière, les photos de Thomas Popp sont toujours calmes, sans agitation et équilibrées. On y voit parfois des individus, mais ils jouent un rôle mineur. Les premiers plans et les seconds plans semblent lui importer plus que les arrière-plans et qu’une profondeur artistique. Les titres de ses œuvres – simplement le nom des lieux photographiés – témoignent de ses nombreux voyages et d’autre part, de son approche conceptuelle documentaire.

Parallèlement à son activité artistique, Thoma Popp a également géré un atelier photo à partir de 1992, d’abord en Suisse orientale, et à Coire à partir de 2000. Sa création artistique a été récompensée, entre autres, par le Prix fédéral des beaux-arts en 1999 et en 2006 au concours pour la création culturelle professionnelle (Wettbewerb für professionelles Kulturschaffen) du Canton des Grisons. Ses Landschaften (Paysages) ont été présentés en dernier dans leur intégralité au Kunstraum de Kreuzlingen en 2007.

 

Thomas Popp est né en 1966 à Arbon (CHE). Il vit actuellement et travaille à Coire et à Davos (CHE).

Domaines d’activités: photographie

X Moins