Bernhard Luginbühl (1929-2011)

Bernhard Luginbühl avait une prédilection pour les animaux et pour l’esthétique des machines de l’ère industrielle. Il soudait ses œuvres plastiques et ses créatures imaginaires parfois très volumineuses dans le fer, l’acier et les déchets d’usine. Les dimensions, à elles seules, et la poésie brute de ces créations en ont fait le plasticien le plus populaire de Suisse depuis les années 1960. Parallèlement à une œuvre plastique qui englobe près de 1500 sculptures, son œuvre graphique est également conséquente.

Natif de Berne, Luginbühl réalise ses premières pièces à la fin des années 1940 pendant son apprentissage de sculpteur, qu’il interrompt toutefois prématurément pour travailler en artiste libre. Au milieu des années 1950, il passe du bois et de la pierre à la ferraille qui devient son matériau préféré. Le regard formé aux œuvres abstraites de sculpteurs comme Alexander Calder ou Eduardo Chillida, il développe un vocabulaire plastique qui respire la force originelle de la matière, à la fois agressif et tendre, puissant et atonique, organique et technoïde. La Flügelmutterfigur (Figure à écrou papillon) de 1986 appartenant à la Collection de la Mobilière en est un bel exemple. Ce qui de loin fait l’effet d’un gigantesque chevalet de pompage, se révèle être, en y regardant de plus près, une composition pesant des tonnes, mais d’une légèreté presque dansante, surplombée des éléments en forme d’oreilles d’éléphants qui sont typiques de ses sculptures Flügelmutter (Écrous papillons). Outre ce travail développé dans l’espace, la Mobilière possède la sculpture-éléphant Nimrod III (1992), de plus petite taille, ainsi que plusieurs gravures sur cuivre, dont Weiser Mann und Punch (Homme sage et punch). Cette œuvre de jeunesse réalisée en 1969 parallèlement à la grande sculpture Osaka Punch Japan (Osaka Punch Japon) montre bien la manière dont Luginbühl a d’abord utilisé la bidimensionnalité de la gravure pour réfléchir à son travail de sculpteur, avant que ce rapport entre les deux activités s’estompe peu à peu et que les gravures soient de plus en plus réalisées indépendamment de son œuvre plastique. Les structures linéaires des gravures sur cuivre I (1992), III (1993), IV (1993) et VI (1996) de la série des Figurenschnittmuster (Patrons de figures) forcent le regard vers le fantastique, tout comme les proliférations de chaînes, de spirales, de roues dentées et autres lames de scie dans la sérigraphie Fanal (1993).

 

Bernhard Luginbühl, qui a vécu et travaillé dans la vallée de l’Emmental à partir de 1966, a toujours compris l’art comme une pratique sociale et insisté sur sa proximité avec la vie réelle – que ce soit dans un happening sur la place du village ou sur la scène internationale de la Biennale de Venise en 1972 ou de la documenta 7 de 1982, auxquelles il a participé.

 

Bernhard Luginbühl est né en 1929 à Berne (CHE) et décédé en 2011 à Langnau en Emmental (CHE).

Domaines d’activités: sculpture en fer, gravure sur cuivre, dessin, art action, sérigraphie.

Site internet de Bernhard Luginbühl


voir aussi

Œuvres de Bernhard Luginbühl

Bernhard Luginbühl

Figurenschnittmuster I

Bernhard Luginbühl

Figurenschnittmuster III

Bernhard Luginbühl

Figurenschnittmuster IV

Bernhard Luginbühl

Figurenschnittmuster VI

© Bernhard Luginbühl
Bernhard Luginbühl

Flügelmutterfigur

© Bernhard Luginbühl
Bernhard Luginbühl

Kumögrumabu

© Bernhard Luginbühl
Bernhard Luginbühl

Nimrod III

© Bernhard Luginbühl
Bernhard Luginbühl

Plan für Eisenkopf 3