Peter von Wattenwyl (*1942)

L’un des groupes d’œuvres les plus populaires de l’artiste bernois Peter von Wattenwyl a longtemps figuré dans un centre commercial de Schönbühl. Aujourd’hui, les quelque 30 sculptures d’oiseaux bizarres aux couleurs clinquantes réalisées sur commande qui ornent les espaces d’un hôtel de Morat témoignent du parcours de vie tortueux d’un artiste fantasque.

Fils d’une vieille famille de la noblesse bernoise, Peter von Wattenwyl a grandi à Oberdiessbach. Après la mort prématurée de son père, il quitte le gymnase avant la maturité et commence à peindre. En 1962, il s’installe dans le sud de la France aux Saintes-Maries-de-la-Mer avec sa première femme Erika Tanner. Ils y vivent un certain temps chez des Gitans d’origine espagnole. C’est à Berne en 1966 que Peter von Wattenwyl expose ses premiers travaux, aux côtés de Meret Oppenheim qui, depuis la fin des années 1950, fait partie du cercle restreint de ses amis, tout comme Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle et Bernhard Luginbühl.  En 1969, Jean-Christophe Ammann l’invite à l’exposition collective pionnière Die Kunst der Abseitigen (L’art des marginaux) du Musée des Arts de Lucerne. Il refuse pourtant une recommandation de Tinguely pour un projet au Moderna Museet de Stockkolm, de même que de nombreuses autres propositions. Au lieu de tirer parti du succès d’une exposition personnelle très prometteuse à Paris, il se retire de nouveau de la scène artistique, part en voyage à Tahiti avec sa seconde femme Thérèse, puis vit avec elle à Ibiza et dans le Tessin.

 

C’est à elle aussi qu’est dédiée la sculptureTherese (1993) en pâte Fimo qui figure dans la collection de la Mobilière. Composé de plusieurs figurines, cet objet sous cloche en Plexiglas représente un baiser que se donnent deux créatures fabuleuses aux airs de nymphes pendant une promenade turbulente en bateau, sous l’œil protecteur d’un petit groupe de monstres marins bizarres. La gouache Die Verhandlung (La négociation - 1993) a été acquise par la Mobilière la même année. Comme de nombreuses œuvres picturales réalisées depuis les années 1980, Peter von Wattenwyl a également conçu celle-ci comme un tableau fourmillant d'allusions à des événements, groupes ou personnages locaux, et il s’y représente lui-même au centre dans le rôle du bouffon disant aux autres leurs quatre vérités, sans être méprisant.

 

Peter von Wattenwyl, qui a financé son activité artistique principalement grâce à des portraits de commande et aux achats de son ami et principal collectionneur Bernhard Luginbühl, compte parmi les représentants les plus originaux de l’art brut en Suisse.

 

Peter von Wattenwyl, né en 1942 à Berne (CHE), est décédé en 2014 à Morat (CHE).

Domaines d’activités: sculpture, arts plastiques, peinture, gravure, dessin


voir aussi

Œuvres de Peter von Wattenwyl

Peter von Wattenwyl

Die Verhandlung, 1993